Sur un commentaire d’Olivier Dumoulin

La pétition lancée par Jacques sur Change.org pour faire revenir Facebook France sur sa censure de tous mes posts et la disparition de ceux qui me répondaient a donné lieu à ce commentaire :

Olivier DUMOULIN sur la pétition

Olivier Dumoulin

Loin d’être partisan du réductionnisme de la causalité par le grand homme, je me joins cependant avec énergie a cette pétition. La bêtise a front bas sévit toujours autant qu’il s’agisse du choix imbécile des individus ou des automates.

-o-o-o-o-

Merci pour cette solidarité empreinte de largeur d’esprit mais, cher collègue, je ne suis pas plus que vous “partisan du réductionnisme de la causalité par le grand homme” !

Je regarde Hitler comme une exception absolue, et m’étonne que cela étonne. D’abord, les fondateurs de religion en sont rarement les premiers papes ou califes. Ensuite, cette religion est bel et bien morte avec son fondateur. Enfin, nous assistons avec les récentes interventions de Johann Chapoutot, soutenues quand elles ne sont pas cosignées par Christian Ingrao, à une tentative de bâtir (rétrospectivement s’entend) un nazisme sans Hitler, que le public et les spécialistes trouvent de plus en plus incongru.

Je souhaite que le présent fil de discussion permette de faire toute la clarté sur ces points. Sur ce que j’en pense, mais surtout sur ce qu’il en est.

Merci à ceux qui ont accès à Facebook d’informer l’intéressé de cette publication.

François Delpla
A propos de François Delpla 27 Articles
normalien (Ulm), agrégé, docteur HDR historien du nazisme et de sa guerre depuis 1990 biographe de Hitler persuadé que le nazisme a été très peu compris pendant un siècle et que son histoire scientifique débute à peine

8 Comments

    • Cher collègue
      Je viens d’écouter vos propos sur le génocide sa date de mise en œuvre et les motivations d’Hitler.
      Sur la date , votre développement sur le rôle des anniversaires du 9 novembre est des plus convaincantes.
      Sur le caractère centrale et singulier de l’antisémitisme hitlérien , j’avoue rester pantois devant l’interprétation de Chapoutot, si le résumé que vous en faites est tout a fait fidèle. D’ailleurs nombreux sont les auteurs a avoir souligné le désespoir des économistes rationnels du Reich, comme Speer, devant les forces de travail massacrées. D’autre part il est clair que l’extermination, Europe occidentale, ne peut pas correspondre au schéma de Chapoutot.
      A l’écoute de vos propos on a l’impression qu’Hitlet est totalement original dans son antisémitisme. Que cela soit dans sa dimension biologisante dans ses images, dans sa théorie du complot rien d’original mais là où vous avez raison dans la centralité de la thématique, dans la capacité a transformer l’idéologie et la psychose en politique effective là réside la spécificité du propos d’Hitler.
      Cordialement
      olivier dumoulin

  1. Et à ceux qui préfèrent l’écrit je transfère ce commentaire d’Amazon sur ma bio de Hitler, en demandant à Olivier Dumoulin s’il y reconnaît sa propre lecture :

    =================================================

    Amazon Customer

    3,0 sur 5 étoiles L’énigme HItler
    Commenté en France le 12 janvier 2017
    Entre le Hitler peintre en bâtiment, lâche, détraqué sexuel, pantin entre les mains de ses sbires et le Hitler de Delpla on passe d’un extrême à l’autre. Certes on sait maintenant qu’Hitler a été un grand politique. Que sa prise du pouvoir en Allemagne est menée de main de maître. Qu’il poursuivait un but (la domination de l’Europe par une Allemagne super puissante) et que c’est lui seul qui tout décidé.
    Le livre de F Delpla, nous dresse le portrait d’un génie qui prévoit tout. Rien n’échappe à son intelligence. Et ce qui apparaît comme une erreur est chez Hitler de la manipulation.
    Quand il donne à Speer la mise en œuvre de la politique de terre brûlée, il ne veut pas que cet ordre soit exécuté (on comprend pas pourquoi), mais comme il est un génie, il sait que Speer refusera d’exécuter cet ordre.
    Hess en Angleterre c’est sur ordre du dictateur, là je n’ai toujours pas compris le but de la manœuvre ? Stalingrad ce n’est pas une défaite, c’est de la stratégie.
    Bref tout ce qu’a entrepris le plus grand chef de guerre de tous les temps, c’est une réussite, même quand c’est un échec.
    Mais le résultat est là l’Allemagne a été vaincue comme jamais dans l’histoire.
    Il y a un homme qui avait prédit cette défaite. C’est Charles De Gaulle. Qui disait le 18 juin 1940
    ’’ [je] vous dis que rien n’est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.
    Car la France n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l’Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l’Angleterre, utiliser sans limites l’immense industrie des Etats-Unis’’

    Hitler a largement sous-estimé le poids de l’Amérique dans cette guerre, ça lui a été fatal ! Il était l’évidence très intelligent mais également borné dans de nombreux domaines.
    Et j’ai trouvé que ce livre voulait démontrer le génie d’Hitler à tout prix. Qu’il y a beaucoup de supputations et de théories étayées par aucune preuve.
    Néanmoins ce livre a un mérite. Il faut dire qu’il a été écrit en 1999, et qu’il a contraint les historiens à se poser plus de questions et à voir le personnage sous un angle nouveau, et tenter de faire le portrait exact de ce qu’était Hitler.

    =======================================================

  2. @ Olivier Dumoulin

    bonjour et bienvenue !

    “Hitler totalement original dans son antisémitisme ?” Oui et non.

    “Que cela soit dans sa dimension biologisante dans ses images, dans sa théorie du complot rien d’original mais là où vous avez raison dans la centralité de la thématique, dans la capacité a transformer l’idéologie et la psychose en politique effective là réside la spécificité du propos d’Hitler.”

    Pas seulement. Il est d’abord original, au sein de la sphère idéologique, dans la synthèse. Par exemple, ses devanciers sont soit racistes (excellence de l’aryen, parasitisme et inutilité du juif), soit complotistes (dénonciateurs d’une conspiration attachée à la perte des sociétés saines, voire de la seule Allemagne). Hitler invente et ajoute une mystique précise, indissolublement liée à sa propre élection par la Providence. Avant lui et en dehors de lui, les contradictions minent l’efficacité de l’antisémitisme. Seule sa position de Führer les transcende, désembourbant le char au jour le jour.

    Par exemple, quand la guerre devient mondiale au moment de Pearl Harbor, l’Allemagne est menacée par un encerclement juif. Mais tout de même il importe de diviser l’ennemi en considérant les Juifs de Washington comme un peu plus fréquentables que ceux de Moscou. D’où un dosage quotidien par le chef, tant dans la propagande que dans la disposition des moyens militaires.

    @ Amazon Customer

    Vous êtes trop aimable, de prétendre en conclusioh que j’aie fait réfléchir la corporation ! Le résultat se fait un peu attendre. Notamment à cause de vos prémisses : vous en appelez à une position centriste et désobéissez à Jésus (Mt 9, 17) en mettant du vin nouveau dans de vieilles outres. Oui d’accord il était plus intelligent qu’on ne l’a dit mais qu’est-ce que ça change ?

    TOUT !

  3. Sur le caractère centrale et singulier de l’antisémitisme hitlérien , j’avoue rester pantois devant l’interprétation de Chapoutot, si le résumé que vous en faites est tout a fait fidèle.
    écrit Olivier.

    Rien n’est plus démonstratif à cet égard que sa conférence sur le Media où il oppose sa vision à celle des Béotiens qui “identifient le nazisme et la Shoah”. C’est se fabriquer un punching-ball sur mesures, aucun auteur ne pratiquant un amalgame aussi réducteur (même si une Lucy Dawidowicz s’en rapproche parfois, témoin le titre de son ouvrage le plus connu, The War against the Jews 1939-1945).

  4. En ce qui concerne Lucy Dawidowicz, le passage suivant de l’introduction du livre cité me paraît représentatif de sa valeur comme de ses limites :

    “La Solution finale a débordé les frontières de l’expérience historique moderne. Jamais encore l’histoire contemporaine n’avait vu un peuple faire du génocide d’un autre peuple le couronnement d’une idéologie pour laquelle les moyens se confondent pratiquement avec les fins. L’histoire a, certes, enregistré des massacres et des destructions terribles perpétrées par un peuple sur un autre, mais tous — pour cruels et injustifiables qu’ils aient été — étaient adaptées à des fins pratiques. C’étaient des moyens adaptés à une certaine fin et non pas des fins se suffisant à elles-mêmes.”

    Ce n’est pas “un peuple” qui effectue la Shoah, mais une nation en guerre, avec tout ce que cela suppose de coudées franches pour ses dirigeants, tant en matière d’action que de propagande. Il y a ici, non seulement un racisme anti-allemand, mais un véritable négationnisme

    -de la partie politique de l’entreprise… différent de celui de Chapoutot, qui consacre rarement une minute aux procédés du gouvernement nazi en temps de paix ou de guerre, mais égal en intensité !

    -des buts du nazisme et de leur réalisme, en matière de conquêtes et de redistribution de la puissance.

    Il ne s’agit pas d’une guerre contre les Juifs, mais bien pour l’Allemagne, et le meurtre des Juifs a bel et bien une fonction militaire, certes mâtinée de pensée magique. Ils sont ce qui s’oppose à la grandeur allemande. Leur persécution a, d’autre part, une fonction pratique très importante, celle d’un ciment patriotique.

  5. Holà, Olivier Dumoulin !
    Il serait dommage de laisser cette discussion en plan et que vous-même négligiez le conseil évangélique : à vin nouveau, outres neuves ! Si Hitler est intelligent, il y a bien des chances que tout ce qui a été écrit à une époque où on négligeait ce facteur soit à revoir. Et pas forcément à jeter, mais à soupeser mûrement.

    Quant à votre serviteur, il plaide en partie coupable lorsqu’on lui reproche ce qu’il écrivait dans la bio de 1999… et il s’en explique dans la préface de la réédition en poche de 2013 que “Amazon customer” est impardonnable d’ignorer en 2017, preuve qu’il se fabrique un punching-ball commode.

Poster un Commentaire