Un historien fâché avec l’arithmétique

Dans une lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon au sujet de la réédition de Mein Kampf, publiée par Libération le 25 octobre 2015, Christian Ingrao écrit :

Votre description du livre d’Adolf Hitler m’a tout d’abord paru pour le moins problématique : «une condamnation de six millions de personnes à mort», vraiment ? Les cinquante dernières années de labeur acharné des historiens, illustrées par l’avènement de l’école fonctionnaliste opposée à cette école intentionnaliste que vous représentez ici involontairement, ont montré que le Troisième Reich ne fut pas la réalisation d’un programme écrit dans l’ennuyeux livre du futur dictateur, mais bien que le génocide constitua l’aboutissement de politiques incohérentes, obsessionnelles, portées à l’incandescence homicide par un mélange de considérations idéologiques, logistiques, économiques et guerrières. Ni les usines de mort ni les groupes mobiles de tuerie ne sont annoncés dans Mein Kampf et il est tout simplement faux de penser accéder à la réalité du nazisme et du Génocide par la seule lecture du piètre pamphlet du prisonnier autrichien.

Or en 2019, prenant fait et cause pour un essai controversé de Johann Chapoutot sur le nazisme et le management, le même écrit :

Dans le sillage d’un « débat » sur la place d’Heidegger dans le paysage philosophique français qui se tient plus sur les réseaux sociaux que dans les revues académiques, un certain nombre de commentateurs se sont permis d’émettre des commentaires ad hominem, accusant notamment Johann Chapoutot de relativiser le nazisme. Par-delà leur caractère inepte et odieux, ces commentaires ne sont cités ici que par ce qu’ils signalent d’ignorance, de la part de ceux qui voudraient les rendre publics, de l’évolution des débats historiographiques internationaux.

Faire, comme on a pu le lire, de Johann Chapoutot un « historien fonctionnaliste » en employant une catégorisation et un positionnement que plus personne, dans le champ international de la recherche sur le nazisme et la Shoah, n’utilise depuis près de 30 années, ce n’est pas analyser un positionnement, c’est recycler des catégories en les ignorant tellement qu’on n’est pas même encore informé de leur désuétude… Étant donné l’absence de pertinence de ces interventions pour la réception critique du livre, on me pardonnera de ne pas m’en préoccuper plus avant[1].

[1] Nous n’indiquons pas les références d’une part parce qu’il s’agit de courtes interventions polémiques ne faisant pas office de travaux référencés, et en second lieu car il nous semble très simple de les retrouver pour qui le désirerait.

================================================================

En réalité,

le fonctionnalisme, cette erreur au long cours des études sur le nazisme, se porte comme un charme, comme l’indique le premier de ces deux extraits. Il se nourrit de plus en plus de la caricature de ce qui s’oppose à lui, à commencer par l’invention d’une prétendue école intentionnaliste, mise en circulation par un historien fonctionnaliste au début des années 1980.

Caricature également, l’idée qu’il faille choisir entre

  • l’explication de la Shoah par la conjoncture économique et militaire de 1941 et
  • l’idée qu’une telle intention est clairement exprimée dans Mein Kampf.

Pour échapper à cette fausse alternative, caractéristique des oppositions binaires qui polluent maints débats actuels, il suffit de considérer

  • que le projet nazi, dès la lettre de Hitler à Gemlich du 16 septembre 1919, est bel et bien une impulsion haineuse, qui ne peut trouver d’apaisement que dans l’anéantissement des hommes regardés comme juifs, et
  • que les modalités ne font pas l’objet d’une programmation précise, ni dans ce texte, ni dans Mein Kampf, ni dans la prophétie du 30 janvier 1939, etc.

Le nazisme est fait d’obsessions fixes dont la concrétisation est menée avec beaucoup d’opportunisme, et un grand art du possible.

Est-ce si difficile à comprendre ?

PS.- Je me demande quel caricaturiste a bien pu traiter J. Chapoutot d'”historien fonctionnaliste” et, en transformant la recherche des sources en jeu de pite, Ingrao ne me facilite pas la tâche.

C’est plus compliqué que cela, et un brin contradictoire : en insistant sur le poids de l’idéologie, ce collègue minore celui des circonstances, et en gommant excessivement le rôle fondateur, puis dirigeant, de Hitler, il redonne au fantasme fonctionnaliste d’un régime acéphale un vaste champ d’expansion

Cette contradiction apparaît clairement dans les dernières pages de la Loi du sang .

François Delpla
A propos de François Delpla 27 Articles
normalien (Ulm), agrégé, docteur HDR historien du nazisme et de sa guerre depuis 1990 biographe de Hitler persuadé que le nazisme a été très peu compris pendant un siècle et que son histoire scientifique débute à peine

1 Comment

Poster un Commentaire